vivre et laisser vivre vg

Je ne sais pas si comme moi, vous avez constaté une percée au niveau du végétarisme ces derniers temps? Je ne suis pas analyste, mais je vois nettement beaucoup plus de gens se tourner vers une alimentation plus éthique, moins cruelle. quoi que enchantée, je ne m’imposerai pas en juge de la situation, je vous parlerai simplement de mon approche et de mes réflexions.

Chaque fois que je suis tentée de manger du fromage, des oeufs, du lait, du beurre, je me parle et je cherche une alternative sans produits animaux. Cela me demande beaucoup d’énergie, comme probablement à chacun de vous, mais jamais je n’ai envie de baisser les bras. J’ai plutôt envie de lever les poings vers l’industrie agro-alimentaire qui nous a imposé en moins de 50 années un mode de vie, de consommation, plus près de l’esclavagisme que du mode de vie Liberté 55. Il n’y a plus de marchés fermiers, (considérez qu’il y en avait un dans toutes les villes et villages au Québec il y a moins de 100 ans) l’accès aux vrais aliments se fait par un mode de distribution très complexe et lucratif pour une poignée de holdings et alors qu’en 1900, 90% de la population américaine était fermière, aujourd’hui moins de 10% l’est. Maintenant 90% de la population est constituée d’ouvriers, de salariés travailleurs d’usine ou de bureau chef. Et combien rêvent secrètement d’un retour à la terre, les genoux dans la boue à semer leurs légumes? Je n’ai rien contre la technologie, mais la technologie au service de l’agro-business pour nous rendre encore plus esclave, et nous obliger à consommer et donc à ingérer ce qui est produit en usine,ça, pour moi c’est out! Alors, dans ce même mouvement de poings levés, mon acte de rébellion consiste à refuser d’acheter ce qui est fabriqué en usine: oui je fais mes bouillons, je n’achète pas de biscuits, de pains, de plats en boîte, en conserve, je les cuisine moi-même. Je suis très consciente que du haut de mon comptoir de cuisine, je fais très « David contre Goliath »mais je ne baisserai pas les bras. Je m’imagine quand je cuisine des recettes sur le blogue que vous les cuisinez aussi, que je peux vous inspirer quelques-uns de ces changements, et ensuite je vois une superbe foule de végétariens unis par la cuisine joyeuse, savoureuse et sans cruauté qu’est la cuisine végétarienne. Cette foule devient un mouvement gigantesque qui finira par triompher de ce fameux Goliath, j’en suis convaincue. Un à un, si nous refusons de consommer et donc de continuer ce business, un à un nous influencerons nos proches à suivre nos traces et dans 50 ans,peut-être serons-nous revenus à un mode de vie et de consommation plus sain, pour nous tout autant que pour les animaux et les campagnes dans lesquelles poussent nos aliments. Quelle belle image!
Je sais à quel point cela demande de l’implication, de la volonté et des motivations profondes…lutter contre les diktats de l’industrie alimentaire est un combat de chaque bouchée.

Je laisse mes amis omnivores tranquilles avec leur conscience, je ne leur parle pas des abattoirs, des usines à viande et des veaux sauvagement abattus tout juste sortis du ventre de leur mère pour permettre aux usines de transformer le lait des vaches laitières en Iögo, yoplait et autres dégâts potentiels sur la santé ( substances laitières modifiées??? ogm dans l’alimentation des vaches, aspartame et autres sucres carcinogènes, gélatine, conservateurs chimiques, saveurs artificielles? )Non, je ne leur en parle pas ( je publie trop de trucs là-dessus sur mon facebook personnel selon certains) car je sais très bien que la vue d’un steak cru ne fait saliver personne, ni que de voir un veau se fait abattre ne donne pas soif de lait. Je sais que les gens qui consomment encore de la viande et des produits provenant d’industrie cruelle le font par ignorance. Ce n’est pas parce que vous avez vu le docu sur la face cachée de la viande que vos amis l’ont nécessairement vu. On commence à s’informer sur le sujet quand on commence à avoir des doutes sur le sujet, n’est-ce pas?
Donc, comment s’y prendre pour les amener à réfléchir? En cuisinant pour eux! Je fais cet exercice depuis que je suis redevenue végétarienne et cette fois-ci, j’ai convaincue plus de gens qu’en leur demandant de souscrire à PETA. Lorsque l’on arrive à prouver que manger simplement et sainement en cuisinant végétarien c’est simple, que c’est super facile et que ça goûte bon, et bien c’est là qu’on gagne des points et des alliés 😉 Beaucoup de gens ont la perception que tout va goûter le cumin( yark!!!) ou la crème Budwig, ou encore le buffet tiède du commensal qui baigne dans l’huile (oups, édito personnel ici 😉 j’ai des amis qui cuisinent mes recettes et qui tranquillement, convainquent les leurs que manger moins de produits animaux, c’est bon et c’est bien. Tranquillement, un repas à la fois, en choisissant à l’épicerie un remplacement à la viande ou au lait de vache, au fromage de chèvre…
Je cuisine tous les jours pour ma famille et cela demande du temps et un peu de planification mais je fais ce petit sacrifice qui au bout du compte n’en est pas un. Je l’écris ici car devant la mine récalcitrante de certains de mes rejetons qui voudraient manger comme tout le monde, j’ai parfois des coups de découragement 😉
Finalement:
Mon ultime acte de rébellion contre ce système (qui me fait penser sans cesse que nous sommes déjà très près de la réalité dépeinte dans le film La Matrice) sera de cuisiner pour beaucoup de gens en même temps. J’aspire à des centaines de repas VG, bons au goût, bons pour votre santé, sans rien de chimique ni provenant de Chine, je veux remplacer l’usine!
Comment? En achetant des aliments locaux, provenant d’artisans et de producteurs du Québec, issus de l’agriculture bio le plus possible autrement sans intrants chimiques ni OGM que je transformerai en évitant le gaspillage et en empotant dans des contenants ré-utilisables. Je me renseigne sur le mouvement slow food, sur le gaspillage alimentaire et je partage mes trucs à mon entourage. Finalement j’éduque mes enfants sur les raisons éthiques et écologiques de mes choix en leur expliquant que si une personne dans chaque famille fait les mêmes choix, c’est toute une foule de gens qui, collectivement, font les bons choix.
J’espère réussir à vous inspirer et à vous encourager un peu et si vous avez des trucs à partager, n’hésitez surtout pas à le faire en m’écrivant ou en le publiant sur la page facebook de vivrevg.

20130219-082608.jpg

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. petiteoseille dit :

    SAlut! Ça fait toujours du bien de lire quelqu’un d’autre et de se retrouver! C’est vrai que c’est du travail, changer ses habitudes, mais moi ça se fait relativement bien. Je n’ai presque plus de craving pour le fromage!

    Et c’est impressionnant de voir l’influence que l’on peut avoir dans notre entourage. Je n’ai jamais harcelé personne, mais tout le monde s’intéresse à mes choix. Et les gens qui me côtoient sont toujours fiers de me montrer quelque chose qu’ils ont fait de végé. Il faut être positif! Et, comme disait Gandhi, être le changement que l’on veut voir dans le monde.

    J,ai cru comprendre que tu veux faire un service de traiteur ou quelque chose comme ça? Où es-tu au Québec? Je pourrais t’encourager si tu n’es pas trop loin! 😛

    1. vivrevg dit :

      Effectivement, parfois de le dire haut et fort permet de rassembler les forces 😉 J’apprécie de te lire ce matin, je sais déjà que je suis mes valeurs et ma conscience et de me savoir appuyée par une belle communauté de blogueurs VG, c’est mon salaire! Je suis effectivement au québec, j’ai acheté un commerce alimentaire à Laval et je souhaite offrir des plats et des alternatives végétariennes(pains, plats et desserts) dès l’ouverture sous le nouveau nom. J’aurai plus de détails à donner en avril. Au plaisir de te rencontrer devant un bon plat VG un de ces 4 😉

  2. Yvan Plante dit :

    Quel manifeste! Wow, Mélissa, j’espère que tu réaliseras bientôt ton rêve de cuisiner pour beaucoup de personnes, dont moi. Cuisiner des bons produits québécois et en faire des plats prêts-à-manger dont nous serons fiers, parce qu’ils ont bons et sains. Tu as bien raison, il faut tasser les usines à bouffe qui nous vendent n’importe quoi et qui se sacrent de notre santé. C’est une MISSION possible et tellement emballante. Lâche pas!

envie de commenter?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s