vivre et manger sans causer ou encourager de la souffrance animale

20121010-092247.jpg

Je choisis de prendre la parole aujourd’hui sur ce sujet qui soulève toujours des questions, inquiétudes et commentaires et jugements. Lorsque l’on assume ses convictions et ses valeurs et que l’on vit selon ceux-ci, on devient vite menaçant pour l’entourage. Les gens se sentent confrontés par nos choix et se comparent à nous à travers ceux-ci. Choisir ses valeurs et ses convictions et les assumer, assumer chaque choix qui s’ en suivra et décider de continuer ou de retourner à notre réflexion demeure très personnel. Manger, acheter, consommer c’est voter nous dit le nouvel adage. C’est extrêmement vrai. À ce titre, plusieurs me disent: je préférerais manger une viande bio qui provient d’un animal qui n’a pas connu de souffrances afin d’arriver dans mon assiette. Impossible me direz-vous, qu’à cela ne tienne, JE ne mangerai donc pas de viande. Sachez que je continue de lire et de m’informer sur le sujet et que je retire les autres produits animaux tel lait et œufs tranquillement de mon alimentation, au fur et à mesure que je trouve des remplaçants bons pour ma santé. Cela implique du temps et beaucoup de tests j’en conviens mais ça demeure MON choix. Par le passé, mon mari quant à lui voulait manger de la viande qu’il avait lui-même élevé. Lorsque fut le temps d’abattre « humainement »ces mêmes animaux, le goût de la viande lui a disparu… Il n’ y a pas de façon « humaine » d’abattre un être vivant, qu’il soit sur 2 ou 4 pattes. Sur une ferme bio on peut voir les animaux être abattus selon des méthodes ancestrales qui diminuent la souffrance, mais ne vous trompez pas, un mammifère qui a une lame qui lui tranche la gorge, ça implique de la souffrance et de la terreur, si minime soit elle. Vous sachant informé au minimum, je vous laisse le soin de faire les choix que vous souhaitez faire en acceptant de vous questionner de temps à autre, que vous soyez carnivore ou végé. L’éthique, la culture, le patrimoine et les valeurs transmises constituent un solide bagage avec lequel chacun doit jongler. Je ne juge personne de manger de la viande, je m’attends à ce que les gens ne me jugent pas en retour pour mes choix personnels. Le respect engendre l’échange et la communication. Autant sur les choix alimentaires que sur la façon d’élever des enfants. Nous faisons tous des erreurs de jugement, à nous adultes de vivre avec les conséquences. Parce que ce qui compte par-dessus tout, c’est d’être conséquent. JE choisis de ne pas manger de viande, ni d’OGM, de me nourrir d’éléments que ma grand-mère me montrait sur les étales de marché de fermiers lorsque j’étais petite et de ne pas donner de dessert aux enfants afin qu’ils mangent plus qu’à leur faim.

La question qui nous est le plus souvent demandée, à chacun des membres de la famille est celle-ci: Vous ne mangez pas de viande? Mais vous mangez quoi?
Nous nous efforçons de toujours répondre sans juger ni tenter de faire la morale. Parce que nous avons tous déjà mangé de la viande. Oui, nous la famille vg!
J’aimerais vous poser la question en retour, ET VOUS, que mangez-vous exactement? Savez-vous ce qui est dans votre assiette? Avez-vous choisi chacun des éléments et sa façon d’être produite, emballée, mélangée?

Une autre question qui revient est: Est-ce que ça nous manque de manger de la viande? Non! Pour nous c’est très mauvais pour la santé et cause beaucoup de pollution( nappes d’eau, cours d’eau, abattage des forêts en zone tropicale etc.), et une fois que le goût nous passe, l’odeur de la viande qui cuit est plutôt incommodante un peu comme un ex-fumeur qui croise un nuage de fumeurs et qui doit retenir sa respiration pour le traverser.

Manger ou non de la viande est un phénomène culturel et même religieux. Chez les syriens, il faut manger de la viande à tous les repas et en grande quantité pour maintenir force et vigueur chez les guerriers. Chez les bouddhistes, aucune viande n’est permise et Gandhi était quant à lui frugivore. Chez les tunisiens, la viande provient surtout des moutons et ils les chérissent avant de les abattre, un repas de viande par mois est servi environ et le reste du temps les plats sont plutôt de nature vg. Chez les québécois, le cochon prend beaucoup de place parce que nos ancêtres chérissaient le LARD qui leur permettait de survivre en hiver. ( je tiens à préciser ici que l’espérance de vie de nos ancêtres tous très cardiaques à cause de ce même régime trop gras était de 50 ans pour les hommes.)Le bacon, le jambon et autres côtelettes sont donc devenus des produits de luxe et représentatifs de repas de fête!

Si vous avez envie de devenir vg ou simplement de couper vos rations de viande, sachez que la plupart des végétaux que vous manger contiennent des protéines en quantité suffisante, il existe nombre de tableaux pour vous indiquer quoi manger, sur le site de l’association végétarienne de Montreal vous trouverez le guide alimentaire pour végétariens.

Ce billet est une invitation au dialogue: discutez et échangez sur vos choix sans poser de jugement. Il est certain que les occidentaux mangent trop de viande, la consommation a augmentée en 50 ans à plus de 50% par personne alors que nous bougeons à peine et que nous nous déplaçons avec des véhicules moteur. Nos choix imposent à l’agriculture de devenir productive et industrialisée, polluante et dommageable à des niveaux qui ne cessent d’augmenter, contaminant les cours d’eau potables et demandant que nos animaux consomment plus de 80% des antibiotiques vendus sur le marché. Que choisirez-vous de faire pour contrer cela? Le choix reste le vôtre. Et si vous avez d’autres combats à faire dans vos vies personnelles, sachez que je comprends et respecte cela. Mon humanité demeure dans ce fait, je tente de réfléchir et de comprendre, alors ne m’en voulez pas si je vous pose des questions de temps à autre 😉

Des liens pour approfondir vos connaissances:
manger moins de viande
Mes livres chouchou:
food Inc- william Reymond
Les carnivores infidèles -Catherine Lefebvre,nutritionniste
The omnivore dilemna-Michael Pollan
Le monde slon Monsanto, Marie monique Robin

Des sites pour vous informer: penser avant d’ouvrir la bouche: blogue de Elise Desaulniers
http://penseravantdouvrirlabouche.com/

http://www.mangez-vegetarien.com/vegetarisme.html

http://www.sosbouffe.fr/

 

envie de commenter?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s